Comment les personnes aveugles et malvoyantes travaillent dans un bureau

Comment les personnes aveugles et malvoyantes travaillent dans un bureau

Image - Le lecteur d'écran

La numérisation a considérablement étendu le rayon d’action des personnes aveugles et malvoyantes. Alors que leurs possibilités d’emploi étaient autrefois très limitées, aujourd’hui, grâce à des moyens d’aide techniques, elles peuvent exercer diverses àactivités – par exemple, dans un bureau.

Le plus important d’entre eux est le lecteur d’écran. Il s’agit d’un logiciel qui est installé sur l’ordinateur. Il lit les polices de caractères à l’écran. Sur les sites web accessibles, les images, les graphiques et les vidéos sont également décrits sur le plan linguistique. Si l’on n’en a pas l’habitude, la voix monotone du robot, qui parle très vite, peut être très fatigante : à propos de nous, bulletin d’information, contribution… Pour ne pas déranger les autres personnes présentes dans la salle, les utilisateurs portent des écouteurs. Lorsqu’une personne malvoyante écrit des e-mails ou des documents, elle peut également faire lire, pour contrôle, le lecteur d’écran à haute voix – soit lettre par lettre, soit mot par mot.

La plupart des personnes qui perdent la vue très tôt dans leur vie maîtrisent également le braille, qu’elles peuvent lire avec leur sens du toucher. Lorsqu’elles travaillent à l’ordinateur, elles utilisent un affichage dit en braille. C’est une sorte de clavier à points braille, mais il est surtout utilisé pour la lecture. Le lecteur d’écran transmet les lettres et les caractères de l’écran à l’afficheur braille, qui les convertit en signaux tactiles. L’appareil peut également être utilisé pour écrire. Cependant, la plupart des malvoyants utilisent un clavier ordinaire à cette fin.

Pour travailler efficacement au bureau, un affichage en braille est presque indispensable. Il facilite la vérification de la ponctuation et de l’orthographe des textes écrits par l’auteur et soulage la personne de l’écoute constante et fatigante de la voix du lecteur d’écran. En outre, les personnes malvoyantes sont en mesure de mieux voir leur environnement. Car lorsqu’elles portent des écouteurs, elles sont complètement isolées, car ni les signaux acoustiques ni les signaux optiques ne leur parviennent.

Il existe différents programmes de lecture d’écran sur le marché. Les plus courants sont Jaws pour Windows et VoiceOver pour les appareils Apple. L’installation peut être déléguée à une entreprise spécialisée. Les coûts d’environ 5000 francs suisses sont couverts par l’assurance invalidité. Il en va de même pour l’affichage en braille, qui coûte environ 8000 francs.

Le smartphone fournit également de précieux services aux personnes malvoyantes dans leur vie quotidienne. La plupart d’entre eux utilisent des appareils de la marque Apple parce qu’ils sont les mieux adaptés à leurs besoins. Le système d’exploitation de l’iPhone a été le premier à inclure des aides à l’utilisation intégrées telles que l’assistant vocal Siri et la fonction VoiceOver, qui lit les textes à voix haute. En outre, plusieurs applications spéciales peuvent être téléchargées – par exemple, vous pouvez reconnaître les billets de banque, les couleurs ou la lumière.

Luca Galanti montre comment il peut travailler sur l’ordinateur. Ce jeune homme de 25 ans, originaire de Zollikofen à Berne, est titulaire d’un diplôme de commerce. Grâce à un petit test de vision, il peut distinguer la lumière de l’obscurité. En public, il se déplace avec une canne. Cependant, lorsqu’il utilise des appareils numériques, il s’oriente acoustiquement et par son sens du toucher.

Les commentaires sont clos.
Accessibilité