La formation continue malgré une mauvaise vue.

La formation continue malgré une mauvaise vue.

Image - Les sommets suisses

Il s’agissait d’un groupe mixte qui s’est réuni fin novembre à Trimbach près d’Olten : des représentants d’établissements d’enseignement, d’agences gouvernementales et d’organisations pour les personnes handicapées de toutes les régions du pays, ainsi que des personnes ayant différents degrés de déficience visuelle. Trois langues étaient parlées et quatre traducteurs assuraient une bonne communication. Et il y avait aussi un chien. Après avoir conduit son propriétaire aveugle à l’atelier en toute sécurité, il s’est endormi paisiblement sous la table.

Dans les salles de la Gesundheitlich-Sozialen Berufsfachschule, environ 25 personnes ont discuté de manière animée de la manière d’améliorer l’accès des malvoyants à la formation continue. L’association Travail.Suisse Formation, qui a conclu avec le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) un accord de prestations correspondant pour la période 2017-2020, a invité les participants.

La cantine comme défi

Une liste complète de critères avait été envoyée à l’avance pour servir de guide aux fournisseurs de formation continue. Le but de l’atelier était de les réviser. « En même temps, la conférence d’aujourd’hui est en soi un cours de formation continue », a déclaré Bruno Weber-Gobet, responsable de la politique de formation chez Travail.Suisse. « Nous apprenons les uns des autres. Vous devez nous dire ce dont vous avez besoin et comment nous pouvons vous aider « , a-t-il lancé un appel aux aveugles et aux malvoyants. Peu de temps après, le déjeuner commun à la cafétéria de l’hôpital voisin a donné l’occasion à l’entraînement. Sur le chemin et au buffet libre-service, les voyants ont soutenu leurs collègues malvoyants et ont pu constater par eux-mêmes les défis que représente pour eux notre monde principalement visuel.

Chaque handicap visuel est différent

Certains ont aussi pris conscience à quel point leurs besoins étaient différents : Alors que les personnes ayant une acuité visuelle sont principalement dépendantes des grandes lettres et des contrastes clairs, les personnes complètement aveugles s’orientent d’après les structures tactiles telles que les murs et les rainures du plancher ou par leur ouïe. Chez Vivien Stadler, par exemple, on ne remarque pas immédiatement une déficience visuelle grave. La jeune informaticienne, qui travaille au Kunsthaus Zürich, s’est installée en toute sécurité dans le bâtiment et s’est débrouillée seule pour se rendre au restaurant. Mais quand elle lit quelque chose, elle doit tenir le journal très près de ses lunettes. Vous pouvez imaginer à quel point c’est épuisant avec des textes plus longs. Pendant ce temps, Sabine Reist dépend de l’aide dans un environnement inconnu. Sur le chemin de la gare ou du couloir aux toilettes, la jeune femme de Zuchwil s’accroche au bras d’une personne voyante et se laisse guider. Aux études à la Haute école spécialisée d’Olten, elle dépend de l’accessibilité des documents numériques au lecteur d’écran et leur mise à disposition préalable, explique l’étudiante en travail social. « Sinon, je ne pourrai pas assister aux cours et je me sentirais comme si j’étais sur la voie de garage. »

Supprimer les obstacles numériques et analogiques

C’est exactement ce genre d’aide qui figure sur la liste des critères pour les prestataires de formation continue. Pour que les personnes handicapées puissent s’informer sur les offres, les sites Web doivent d’abord être conçus de manière à être accessibles à tous. Ils répondent à cette norme internationale s’ils sont accessibles aux personnes ayant des déficiences visuelles, auditives, motrices et cognitives. Le savoir-faire à cet effet est fourni par des organisations spécialisées. Il est également nécessaire de tenir compte de diverses particularités structurelles, infrastructurelles, numériques et autres qui facilitent la participation des personnes handicapées à un cours – de l’inscription ,  l’introduction, la formation générale  à la documentation et aux examens.

Demander les besoins

« Les petits établissements d’enseignement sont appelés à répondre à toutes ces exigences » , a déclaré Claudia Zürcher, directrice de l’AKAD Business College. « Il serait nécessaire de disposer de directives  et d’un soutien clairs pour répondre aux exigences. Par exemple, de courtes vidéos qui expliquent les mesures les plus importantes lui seraient très utiles. Toutefois, il y a également eu des préoccupations isolées quant au fait qu’une liste d’exigences excessivement longue pourrait avoir un effet dissuasif. » Matthias Leicht du Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées, par exemple, a soutenu que « les institutions devraient, au besoin, s’adresser aux personnes concernées individuellement et leur demander ce dont elles ont besoin. » Hervé Richoz, journaliste à l’Association suisse pour les aveugles et les malvoyants, a salué cette approche : « Parfois, ce sont les petites choses qui font du bien ou pas. Par exemple, si vous avez un chien-guide avec vous, vous devriez expliquer aux participants qu’il est bien éduqué, mais qu’il peut aussi ronfler au milieu d’un cours.

Le document sera maintenant révisé et renvoyé pour que tout le monde puisse le commenter à nouveau. Par ailleurs, Travail.Suisse Formation souhaite, dans le cadre de la convention de prestations, donner un aperçu des formations continues adaptées aux aveugles et malvoyants et lancer ses propres cours en collaboration avec l’Association suisse pour les aveugles et les malvoyants. Enfin, et ceci est le plus important, le public devrait être davantage sensibilisé aux préoccupations des malvoyants par le biais des médias.

Andrea Söldi, journaliste RP


Les commentaires sont clos.
Accessibilité